Trop tôt pour vivre

6:00 AM, ce matin.

C’est la première fois que nous devions pendre un vol prévu aussi tôt. Comme pour tous les départs internationaux, il est recommandé d’arriver au minimum deux heures à l’avance.

Les routes étant plus ou moins bien déneigées suite aux chutes de neige de la semaine dernière, nous avions commandé un taxi pour 3:15 et réglé notre cadran pour un réveil au beau milieu de la nuit, à 3:00.

Devoir se tirer du lit aussi tôt, c’est un peu, pour moi, comme mourir en dedans. La tête ne suit pas le corps et veut rester sur l’oreiller. Un goût de métal envahit la bouche. Étourdi, j’ai toutes les misères du monde à enfiler mes pantalons sans tomber. En plus il faut faire vite, agripper nos bagages, et sortir dehors par -18 habillé presqu’en été parce que, là où on va, pas question de traîner des vêtements chauds en trop.

Ok, j’avoue, c’est bien peu souffrir pour pouvoir passer ensuite quatre semaines en vacances. Mais quand même, ça commence le périple sur une note pas trop agréable. Heureusement, dans ces circonstances, le sourire remplace rapidement la gueule de bois.

Le sympathique chauffeur de taxi nous a même offert le gîte chez ses parents à Alger si on y va un jour. Une destination à inscrire sur la liste de choix potentiels pour notre prochain voyage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *